©2019 by maison paille. 

Un peu d'histoire

La marqueterie de paille est rapportée d’Orient à l’occasion des grandes découvertes. On la voit apparaître d’abord en Italie, avant de se répandre en France, en Angleterre et en Russie. 

Les plus anciennes pièces datent du XVIème siècle, mais cet artisanat atteint son apogée au XVIIIème siècle

 

C’est d’abord en tant que loisir qu’on la pratique car il est difficile d’en vivre.

 

Au XVIIIème siècle, deux artisans du nom de Delasson et Chervain créent des petits objets décoratifs en marqueterie de paille - style Louis XVI - et les commercialisent plutôt pour les fêtes de fin d’année car ce sont des objets précieux avec de nombreux ornements.

 

À partir du Second Empire, vers 1852, les principaux centres de production de marqueterie de paille cessent peu à peu leurs activités.

 

La marqueterie de paille sera ensuite pratiquée par deux populations bien différentes mais qui ont le temps de s’adonner à des artisanats particulièrement chronophages : les religieuses et les bagnards .

 

Les religieuses affectionnent plutôt les motifs sacrés. Leur vie paisible leur permet de prendre le temps de créer des formats monumentaux et les bagnards ont pour principaux thèmes les ports et les bateaux. S’attaquer à un travail si fastidieux leur permet d ‘améliorer un peu leurs mauvaises conditions de vie . 

 

Ainsi, chaque prison développe son propre marché, où viennent s’approvisionner paysans, marchands et bourgeois.

D’ailleurs, les soldats français et hollandais emprisonnés à partir de 1793 s’adonnent à cette technique également pour les mêmes raisons. C’est pour cette activité que la prison de Norman Cross – bâtie spécialement pour accueillir ces prisonniers de guerre – est devenue particulièrement célèbre.

 

Dans les années 1920, la marqueterie de paille refait son apparition avec le style Art Déco – en grande partie à travers le travail des décorateurs Jean-Michel Frank et André Groult -, puis la marqueterie de paille tombe à nouveau dans l’oubli. 

 

Aujourd’hui, c’est Lison de Caunes - la petit-fille d’André Groult – qui est à l’origine d’un véritable retour de la marqueterie de paille.

 

Dans les années 2000, Lison de Caunes est la seule à pratiquer cette technique en tant qu’artisan d’art et possède le titre de « Maître d’art ». 

 

Actuellement, une petite dizaine d’artisans se consacre presque exclusivement à cet art et près d’une centaine l’utilise régulièrement en marge de leurs activités (ébénisterie, marqueterie de bois…).

crédit photo
Simon Caminada@simoncaminada